La faim

par Kriyel

Assise sur un tronc d'arbre déraciné, Kriyel se rongeait les griffes en contemplant la jungle alentour. Elle était de fort mauvaise humeur après une énième nuit passée sous la pluie. Chaque jour qui passait elle en voulait un peu plus au garde du temple qui l'avait arrachée à son devoir.

Cette fuite l'avait déshonorée. Elle avait échappé à la mort mais l'humiliation la mortifiait. A présent elle était perdue dans la jungle sans endroit où aller et sans aucun but autre que survivre...

Bientôt un pas lourd dans les herbes humides lui annonça le retour de la chasse de Masak.

Mais cette fois, au lieu de porter sur son dos le cadavre d'une panthère ou d'un singe, le troll tirait fièrement derrière lui le corps inanimé d'un membre de leur espèce.

Kriyel s'approcha.

En y observant de plus près, la victime était de toute évidence un Gurubashi. Probablement un autre fuyard. Mais lui, blessé gravement.

Une proie facile pour Masak.

La trollesse approcha son visage de la bouche et sentit un léger souffle. Le repas n'était pas encore mort...

Elle vérifia rapidement que la blessure n'était pas trop infectée et que la viande était encore consommable. Après avoir constaté que c'était le cas, elle adressa un signe de tête à Masak pour lui signifier que sa chasse était bonne.

Elle planta sa dague dans le cou de leur dîner sans état d'âme. Les inférieurs l'avaient toujours servie : dans la vie comme dans la mort.

Tout autour d'eux était trempé, pas moyen de faire un feu.

Il faudrait manger cru.

Masak ne semblait pas s'en formaliser tandis qu'il commençait à vider le troll mort.

Kriyel se réinstalla sur son tronc d'arbre.

Elle n'était pas habituée à se nourrir de basiques soldats. D'ordinaire elle s'alimentait plutôt de prêtres vaudou et sorciers-docteurs vaincus. La puissance absorbée était bien plus conséquente. Et la satisfation de dévorer un ennemi était sans prix.

Manger un simple troll, qui plus est, qui avait pris la fuite... Elle y répugnait un peu.

Mais sa faim était immense. Et il y avait plusieurs jours qu'elle n'avait ingéré que des viandes impures. Ce troll de seconde zone ferait donc l'affaire... pour le moment.

Quand son gardien eut terminé son découpage, il tendit à la sorcière-docteur les morceaux les plus nobles, le cerveau et le coeur, qu'elle prit sans un merci.