Le chagrin du Roi

par Adamant Thunder

Dans un Royaume des temps anciens aujourd'hui oublié, un Roi pleure.

Sa femme est mourante. Elle est allongée sur le lit, le regard vide.

Le Roi refuse de laisser ainsi partir l'amour de sa vie. Il prie pour son salut, mais cela ne suffit pas.

Il décide alors de faire appeler les plus grands prêtres des Douze pour qu'ils viennent la sauver.

Le premier d'entre eux se présente. Il sert Halone, la Conquérante. Il ausculte la Reine, puis déclare : "Je suis désolé, mon Roi, mais il n'y a rien que je puisse faire. Les Douze en ont voulu ainsi."

Le Roi, révolté, renvoie immédiatement le prêtre, puis laisser entrer le suivant, un serviteur de Menphina.

A son tour, le prêtre donne son verdict : "Mon Roi, je ne peux la sauver. Sa vie est entre les mains de la Bien-Aimante."

Et à nouveau, le Roi, en colère, renvoie le prêtre.

Lorsque vient le tour du prêtre de Thaliak, ce n'est guère différent. Tous se succèdent : serviteurs de Nymeia, Llymlaen, Oschon, Byregot, Rhalgr, Azeyma, Nald'thal, Nophica, Althyk. Et tous ont le même verdict.

Le Roi est désemparé. Il est prêt à tout pour sauver la vie de sa bien-aimée.

Il fait alors appel à un sorcier du Royaume. Il manipule des énergies contre lesquelles on l'a mis en garde, mais qu'importe, la vie de la Reine est trop importante à ses yeux.

Le pouvoir du sorcier est grand, et le Roi, émerveillé, assiste à la guérison de sa femme.

La Reine reprend des couleurs et parvient, pour la première fois depuis des lunes, à sortir de son lit.

Le sorcier est très généreusement récompensé, tandis que le Roi et la Reine reprennent le cours de leur vie, dans le plus grand bonheur.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Car quelques temps plus tard, la Reine se met à changer.

Elle perd de son éclat. Elle qui rayonnait jadis n'est plus que l'ombre d'elle-même.

Le Roi ne peut plus l'approcher. Il ne peut plus l'embrasser ni même la toucher. Le couple fait aujourd'hui chambre à part.

Triste, il garde néanmoins l'espoir que ce ne soit qu'une mauvaise passe.

Mais plus le temps passe et plus la Reine se renferme. Elle ne sort plus, elle ne parle plus.

Puis une nuit, alors que le Roi s'apprête à s'endormir, il entend que l'on ouvre la porte de sa chambre.

Il ouvre les yeux, observe la silhouette qui se dirige vers son lit, et reconnaît la Reine.

"Mon amour," dit-il avec une joie non dissimulée, "enfin je vous retrouve."

D'un geste vif, la Reine jette ses mains au cou du Roi, bloquant sa respiration.

"Idiot," se moque-t-elle, "ta femme est morte, emportée par la maladie. Mais moi, oh oui, moi, je suis bien vivant, grâce au corps que tu m'as offert."

Le Roi tente de se débattre, mais cette créature est bien trop forte. Il ne parvient pas à se délivrer de son emprise et sent ses forces le quitter peu à peu.

"Ne t'inquiète pas", ajoute le démon avec un sourire mauvais, "tu vas bientôt la rejoindre. Quant à ton Royaume, je vais bien m'en occuper..."

Dans ce Royaume des temps anciens aujourd'hui oublié, un Roi s'éteint.