La Saga du Squelette, Episode III : Horreur en Thanalan

par Adamant Thunder

A l'écart d'un village perdu du Thanalan, un sombre personnage s'apprête à mettre un plan à exécution.

Dans le cimetière, laissé sans surveillance, il se prépare à lever une armée de morts-vivants.

Il y a quelques années, sa magie lui avait valu d'être chassé du village, mais aujourd'hui, alors que le village procède à sa fête annuelle, il tient sa vengeance.

Récitant sans problème l'incantation qu'il a maintes fois répété, le sorcier commence à réveiller les morts qui, un à un, sortent de leurs tombes.

Qu'il s'agisse de zombies ou de squelettes, selon leur état de décomposition, tous répondent à l'appel.

Alignés devant leur invocateur, les zombies réclament leur dû.

"Ceeerveauuuux..."

"Oui", répond le nécromancien, "oui, vous aurez tout ce que vous voulez, tant que vous m'obéirez."

"Ceeerveauuuux..." répondent les zombies.

Les squelettes, amusés, se prêtent au jeu et tentent d'imiter les zombies à leur tour.

"Ceeeerveauuuux..."

"Il suffit", rugit le sorcier, "obéissez, à présent. Je veux que vous détruisiez ce village. Ne laissez aucun habitant en vie. Partez immédiatement !"

Son armée se tourne sans un mot et entame une marche en direction du village.

Les habitants ne se doutent de rien.

En cette période de fête, le bruit de la musique et des verres couvre celui du funeste cortège qui se dirige vers leurs portes.

La garde est absente, ayant préféré rejoindre les festivités.

Sans encombre, les morts-vivants envahissent les rues, encerclant ainsi la grande place où sont réunis tous les villageois.

Les premiers cris se font entendre. Tous sont terrorisés et se blottissent les uns contre les autres, au centre de la place.

Les zombies prennent la parole.

"Ceeerveauuuux..."

Et les squelettes terminent "... aaazzzzzes ! Et des serpillères !"

Ainsi reprend la fête, main dans la main avec ces nouveaux invités.

Ce qui a cloché dans le rituel du nécromancien ? Nul ne le sait.

Après la fête, les morts-vivants, en rentrant dans leurs tombeaux, pris d'une petite faim, se sont partagés le nécromancien.