Je veux me rendre à la page .

L'Orage

par Adamant Thunder

Commencer la lecture

Attention, ce récit utilise sons et animations. En savoir plus sur Dreams.

Le vent s'engouffre entre les monts rocheux des chaînes d'Abalathia.

Perdu dans ses pensées, un jeune roegadyn sent le souffle caresser son visage. Il ferme les yeux. Il sait qu'il doit se concentrer sur son devoir sacré, mais il ne peut empêcher son esprit de vagabonder.

Fyrifolg avait toujours vécu près d'Opylmina, sa bien aimée, et son départ du clan l'a bouleversé. Elle a pourtant trouvé refuge à quelques heures de marche seulement, mais il n'a pas le loisir de la voir autant que son coeur le demande.

Son clan a besoin de lui. Fils unique, sa vie est liée à ce volcan où son peuple est installé, afin de perpétuer les traditions du Clan du Feu.

Malgré le chagrin, le futur gardien est heureux de succéder à ses parents. Sa mission le rapproche des Douze, pense-t-il, et cela l'emplit d'une grande fierté.

C'est sur cette pensée qu'il parvient à se focaliser. Le roegadyn prend une grande inspiration, ouvre les yeux, et commence à revenir sur ses pas, afin de retrouver les siens.

Une voix interrompt sa marche.

"Fyrifolg !"

Le roegadyn se retourne, il a reconnu la voix d'Opylmina qui court, exténuée, dans sa direction. Il se précipite à sa rencontre, inquiet, sentant que cette visite est porteuse de mauvaises nouvelles.

Après une brève étreinte, durant laquelle Opylmina reprend son souffle, le couple se fait face. Fyrifolg tente de sonder le regard paniqué de la jeune roegadyn. Elle prend la parole :

"Je cauchemarde depuis des nuits, et à chaque lune, la vision se montre plus réelle. J'ai vu Klynswys, elle et sa soeur jumelle, Swyrswys. Je l'ai vue faire appel à des puissances démoniaques. Elles veulent s'attaquer au clan. Cette nuit, je le sens, j'en suis sûre. Il faut faire quelque chose, je ne veux pas qu'il vous arrive malheur..."

Elle parvient difficilement à terminer sa phrase, tant sa gorge se serre et les larmes lui montent aux yeux. Fyrifolg, anéanti, peine à prendre la parole.

"Nous n'avons aucune preuve, nous ne pouvons en parler à personne. Leur père est bien trop influent au sein du clan, et même si nous pouvions les convaincre de mener une enquête, il serait trop tard. Nous ne pouvons pas non plus laisser le clan en proie à ces démons. Il n'y a qu'une chose à faire..."

D'un regard, le couple se comprend. Opylmina se blottit contre Fyrifolg. Ils ne sont pas des meurtriers, mais ils ne peuvent pas laisser une telle menace planer au-dessus de leur peuple.

"Dès que ce sera fini, nous devrons disparaître," ajoute Fyrifolg.

"Et... ton devoir sacré ?" demande Opylmina.

Le roegadyn force un sourire et dit :

"Mon devoir est de protéger le clan, et c'est exactement ce que je vais faire."

Elle regarde le ciel.

"Notre temps est compté, je dois rentrer," dit-elle, le coeur serré. Le couple s'adresse un dernier regard, priant les Douze pour que ce ne soit pas la dernière fois, puis elle repart vers le village. Le roegadyn ne bouge pas. Il fait de son mieux pour ne pas trembler devant ce qui l'attend. De nouveau, il prend une grande inspiration, et retourne parmi les siens.

La nuit tombe sur la montagne. Une nuit sans lune et sans étoile. L'orage gronde, comme un signe de colère face aux événements à venir.

Fyrifolg attend. Il est adossé au mur, au milieu d'un couloir. Seules les flammes des torches qui dansent créent un semblant de vie, la plupart des gens étant retournés dans leurs habitations pour la nuit.

Un bruit de pas se rapproche. Fyrifolg lève la tête, il reconnaît Swyrswys à l'extrémité du couloir. Il reste immobile, alors qu'elle progresse dans le couloir d'un pas assuré. Elle ne prête aucune attention au jeune roegadyn qui la regarde fixement.

Ce n'est que lorsqu'elle arrive à son niveau qu'il se dresse en travers de sa route, épée courte à la main.

"Je ne peux pas te laisser détruire le clan..." dit-il, nerveusement.

Swyrswys s'immobilise. Si la stupeur pouvait se lire dans ses yeux, elle se reprend rapidement et se montre plus déterminée que jamais. Elle toise le roegadyn qui lui fait face.

"Prends garde à tes accusations, Fyrifolg." menace-t-elle. "Tu sais qui je suis. Parle à quiconque de tes élucubrations, et tu finiras chassé du clan. Ce que je fais, je le fais pour ma soeur. Notre père voulait montrer qu'il ne privilégiait pas sa famille, alors qu'il savait très bien que nous avions besoin l'une de l'autre, au sein du clan. Ma soeur n'a plus jamais été la même depuis, et je ferais n'importe quoi pour rester unie avec elle."

"Et je ferai ce qui est nécessaire pour l'avenir du clan. Votre folie s'arrête ce soir."

"Tu es prompt à juger, Fyrifolg, mais aurais-tu agi différemment à ma place ? Qu'aurais-tu fais si ta précieuse Opylmina avait elle aussi sombré après son départ ? Ne l'aurais-tu pas suivie pour rester près d'elle ?"

Ces mots sonnent comme un coup de massue pour le roegadyn. Il baisse les yeux, ne parvenant plus à soutenir le regard de Swyrswys. Il relâche peu à peu l'étreinte sur son épée. Il sait qu'elle a raison. Il aurait fait n'importe quoi pour Opylmina, il aurait peut-être été capable de trahir le clan, lui aussi.

"Tu... Tu as raison..." marmonne-t-il.

Swyrswys pousse un léger soupir de soulagement. Sa colère retombe. Elle ajoute : "Alors laisse-moi passer."

"Non..."

La voix du roegadyn est à peine audible.

"Pardon ?"

"Non !" crie le roegadyn. Saisissant son épée avec force, il se rue sur la jeune femme qui, surprise, reste immobile. Elle sent la lame qui pénètre son abdomen, elle sent la vie qui commence à la quitter. Avant de rendre son dernier souffle, elle entend le roegadyn qui murmure à son oreille. "Je comprends, à présent. Mais si un jour je devais agir comme tu l'as fait, j'espère que quelqu'un sera en mesure de m'arrêter, moi aussi."

Fyrifolg dégage son épée et laisse lourdement tomber le corps de Swyrswys. Il tente de contrôler ses émotions, mais rien n'y fait, les larmes troublent sa vue. Il finit par s'écrouler à son tour.

Il doit partir, le bruit a dû alerter du monde. On ne tardera pas à découvrir ce qui s'est passé ici. Le roegadyn fait de son mieux pour se resaisir, et prend la fuite.

Il doit retrouver Opylmina, c'est tout ce qui compte à présent.

Fyrifolg court en direction du refuge d'Opylmina. Il ne ralentit pas, malgré le manque de visibilité. Les épais nuages qui couvrent le ciel empêchent la lumière des étoiles et de la lune de lui parvenir. Chaque mètre parcouru l'inquiète un peu plus. Et si ça s'était mal passé du côté d'Opylmina ?

Il tente de chasser cette idée de sa tête. Il garde l'espoir qu'elle a accompli sa mission sans encombre.

A chaque tournant, il espère deviner la silhouette d'Opylmina. Sans succès.

Il progresse sur le chemin, mais elle n'est toujours pas là.

Les inquiétudes reviennent. Il redouble d'efforts pour rejoindre le refuge au plus vite.

Finalement, quelqu'un apparaît devant lui. Opylmina ! Affaiblie, elle s'écroule devant Fyrifolg, de chaudes larmes coulant sur ses joues. Elle laisse échapper un poignard ensanglanté à ses côtés. Les événements de la soirée sont encore trop violents pour la jeune roegadyne qui cède à ses nausées.

"Qu'avons-nous fait ?" demande-t-elle entre deux sanglots.

Fyrifolg ne répond pas. Il se rapproche d'Opylmina et la prend dans ses bras. "Ce qui est juste..." rassure-t-il. Il scrute les alentours. Au loin, il peut déjà distinguer les torches qui retracent son chemin.

"Il faut partir." dit-il en aidant Opylmina à se relever.

Opylmina reprend ses esprits, regarde tout autour d'elle, observant à son tour les torches qui se rapprochent. Elle fixe Fyrifolg, le regard plein d'inquiétude.

"Qu'allons-nous faire ? Où allons-nous aller ? Ils vont finir par nous retrouver."

Le roegadyn fait de son mieux pour paraître rassurant et dit :

"Nous ferons de notre mieux. Que les Douze nous viennent en aide, et nous y arriverons."

Comme en réponse à sa prière, l'orage éclate. Une pluie torrentielle frappe le flanc de la montagne. Le couple roegadyn regarde vers le ciel. "C'est inespéré," pensent-ils. "C'est notre chance," ajoute Fyrifolg.

Prenant la main de sa bien aimée, il entraîne Opylmina le long d'un étroit chemin.

La pluie ne tarde pas à effacer leurs traces.

Les jeunes roegadyns courent vers leur liberté. Ils courent vers leur nouvelle vie.

Ils ont sauvé leur clan.

Ils seront haïs pour cela.