-/        
Je veux me rendre à la page .

Ambition dévorante

par Adamant Thunder

Commencer la lecture

Attention, ce récit utilise sons et animations. En savoir plus sur Dreams.

L'unité de l'ordre des Deux Vipères s'engouffre dans le tombeau humide et sombre de la Garde de Nophica.

Le lieu est encore défiguré par les événements récents.

Les corps de soldats garlemaldais jonchent le sol.

L'odeur de sang et de chair brûlée reste présente.

Un Elézen, membre de l'unité, se tient face à la tombe qui renfermait le Gant du Jugement.

Cette relique était autrefois la source du pouvoir de la Garde de Nophica. Un pouvoir que l'on pensait bénéfique, mais qui a fini par incarner le mal qu'il était destiné à combattre.

L'Elézen reste immobile, pris d'un profond malaise.

Son regard se perd à ses pieds. C'est ici que le Gant du Jugement a été détruit, et le sol en porte encore la marque.

L'Elézen s'accroupit et pose sa main sur la zone noircie par la destruction de la relique. A ce moment, dans son esprit, des images se forment...

Les images montrent les sept membres de la Garde de Nophica, réunis autour d'une table. L'ambiance est à la fête. Tous brandissent leur chope et trinquent.

"Pour la Garde de Nophica ! Puisse-t-elle protéger notre forêt !" clame William.

"Pour la Garde ! Pour Nophica !" enchérissent les autres.

Le brouhaha s'installe, accompagné de rires et de plaisanteries. De temps en temps, l'un d'entre eux demande le silence, souhaitant faire une déclaration.

"J'ai promis de protéger cette région qui m'est si chère", annonce Raphaeloix, "et grâce à vous, aujourd'hui, je sens que l'on peut faire la différence."

Acclamé par ses pairs, Raphaeloix lève sa chope et la fête reprend de plus belle tandis que les images s'évanouissent...

De nouvelles images prennent place dans l'esprit de l'Elézen.

Il retrouve Raphaeloix. Il est debout, près d'un lit, simplement vétu de son pantalon.

Sous la couverture, un autre homme prend la parole :

"Tu sais très bien que j'ai raison, Raphaeloix. Tu vaux bien mieux que tes compagnons d'arme. C'est à toi que revient de porter le gant, tu pourrais accomplir de grandes choses s'il t'appartenait."

"Cesse avec ce discours, Paul", répond Raphaeloix, "William a créé la Garde de Nophica et la dirige mieux que je ne saurais le faire."

"Il n'a aucune ambition. Son pouvoir se limite aux frontière de votre forêt, alors qu'avec quelqu'un comme toi à la tête de la Garde, vous pourriez protéger tout Eorzéa."

Raphaeloix ne peut s'empêcher de rire.

"C'est l'amour qui te fait parler. Je t'aime aussi, Paul, énormément, mais soyons réalistes. Je ne serai jamais le leader que tu imagines. Malgré tout, je sais qu'à mon échelle, je fais aussi la différence. N'es-tu donc pas fier de moi ?"

"Bien sûr que je le suis. Mais il ne s'agit pas de toi, ou de moi. Il s'agit d'Eorzéa ! N'as-tu pas envie de tout donner pour elle ? Je sais que c'est quelque chose qui te fait peur, mais n'oublie pas que je suis là, moi aussi. Si diriger t'effraie, alors laisse-moi t'aider."

"Je suis désolé, Paul." Raphaeloix baisse les yeux. "Je ne peux pas tourner le dos à mes camarades. Je dois rester fidèle, je dois garder ma place dans les rangs."

"Tu me déçois, Raphaeloix" ajoute Paul avec une pointe d'amertume dans la voix. "Je pensais que tu avais l'étoffe d'un héros, mais il faut croire que j'étais dans l'erreur. Je me suis trompé sur ton compte..."

Sur ces mots, Paul détourne le regard, fâché.

Raphaeloix, désemparé, finit de s'habiller en silence et quitte la chambre, tandis que les images s'évanouissent...

A nouveau, d'autres images se forment.

Il fait nuit. Quelques couchettes sont disposées dans toute la pièce. L'obscurité n'est percée que par quelques rayons lumineux émanant de la lune et passant entre les volets.

L'un de ces rayons frappe le Gant du Jugement, posé près du chevet de William.

Six des membres de la Garde de Nophica sont profondément endormis. Seul Raphaeloix reste éveillé. Son regard se fige sur la relique éclairée de William.

Il est pensif. Il s'agite, son regard se détournant de l'objet pour y revenir dans la seconde.

Il se retourne dans son lit, regardant vers le mur et chassant ses pensées.

Mais ça ne le lâche pas. A nouveau, il fixe le Gant du Jugement. Sa main le démange. Il ne sait plus quoi faire.

Finalement, il se lève, tremblottant. Il marche d'un pas souple vers l'objet tant convoité.

Il est à présent à portée de main. Que doit-il faire ? Raphaeloix semble en proie à la panique. Il se met à transpirer. Doucement, sa main s'approche de la relique, tandis que les images se dissipent.

Encore des images.

Cette fois, la Garde de Nophica est au coeur de la Forêt de Sombrelinceul.

Six d'entre eux font face au septième : Raphaeloix.

Il est méconnaissable. Son visage est déformé par la haine. A son bras, le Gant du Jugement brille d'une inquiétante lueur.

Tenant fermement sa lance, Raphaeloix fait fi de ses blessures et se jette sur ses anciens compagnons d'arme.

Sa rage est dévastatrice. Aucun des coups que lui sont portés ne sont en mesure de l'arrêter.

Tour à tour, les membres de la Garde de Nophica succombent aux assauts répétés de Raphaeloix. Très vite, il ne reste plus que William pour lui tenir tête. Un William blessé, épuisé, prêt à s'écrouler.

La fatigue commence à rattraper Raphaeloix. Les blessures qu'il ignorait jusque là lui font peu à peu ressentir la gravité de son état et la lueur du Gant du Jugement s'atténue.

A plusieurs reprises, il montre des signes de faiblesse. Son visage trahit la douleur. Il s'arrête un instant pour reprendre son souffle.

"Tu ne sais pas utiliser le Gant du Jugement ! Tu gaspilles son énergie, et ton éther est en train de le corrompre. Ce n'est qu'une question de temps avant que tu ne t'écroules à ton tour !" s'écrie William.

"Tais-toi..." répond Raphaeloix, le souffle court.

"Tais-toi, tais-toi, tais-toi !"

Il crie à présent.

Tenant sa lance avec fermeté, il se rue sur William qui, surpris par ce geste désespéré, ne parvient à éviter la pointe qui vient alors se loger dans son sternum.

Ramenant à lui son ancien compagnon d'arme empalé sur son arme, Raphaeloix lui murmure quelques mots.

"Tu as échoué."

C'est à cet instant que William, puisant dans ses dernières forces, se saisit de son épée pour achever le traître, enfonçant la lame dans son abdomen.

"Non, je t'emporte avec moi." balbutie-t-il dans un dernier crachat de sang.

Les deux hommes s'écroulent. William a déjà succombé à ses blessures.

Raphaeloix est fou de rage. Sa bouche crispée montre des dents qui se recouvrent de sang. Mais très vite, ses forces commencent à le quitter et son regard devient peu à peu vitreux. La lueur qui animait le Gant du Jugement est presque totalement éteinte.

"Idiots..." murmure-t-il. "Nous aurions pu diriger ce monde... Nous aurions pu accomplir de grandes choses..."

Raphaeloix perd conscience.

Pour la dernière fois, les images s'évanouissent.

L'Elézen des Deux Vipères reprend ses esprits.

Il retire sa main de la zone noircie par la destruction du Gant du Jugement.

En relevant la tête, il voit son supérieur, face à lui. Il a une petite idée de ce qui vient de se passer.

Au moins, l'Ordre des Deux Vipères aura eu le fin mot de l'histoire.